Vermicompost harvestingVermicompost harvestingVermicompost harvesting
Afin d’avoir un beau terreau bien riche pour mes plantations d’été, au printemps (c’est-à-dire mars 2014), j’ai réalisé une première récolte de mon vermicompost.Et aujourd’hui, j’en refais une car le compost est à nouveau mûr, sombre et bien granuleux. Et je vais en profiter pour vous expliquer ma technique. Mon vermicompost se compose de 3 bacs, celui du bas sert à récupérer le percolat (le jus des vers, mais en réalité je n’en ai jamais) et les deux autres contiennent les vers (et 5L de terre chacun). Je ne m’occupe que d’un bac à la fois, récolter le terreau des deux bacs le même jour est un peu pénible. Il faut que le bac dont vous souhaitez vous occuper soit tout en haut de la vermicompost.

Avant de commencer, j’ôte le couvercle du vermicompost pour que les vers soient exposés à la lumière (et ils vont alors fuir vers le bac du dessous). Une demi-heure après, j’installe par terre un très grand récipient (dans mon cas, il s’agit du socle d’une cage à un rongeur) et je prends un tamis (en guise de tamis, j’utilise un cageot à fruits du dragon que j’ai trouvé au supermarché chinois de Bruxelles).

Le principe est simple:

  1. prélevez une couche de terre (de cette façon, entre les manipulations, les vers vont descendre de plus en plus profondément pour fuir le soleil),
  2. la passez en plusieurs fois au tamis au dessus du grand récipient. Arrêtez-vous par moment pour vérifier qu’il n’y a pas de gros vers qui soient tout de même passés au travers et aussi pour tuer les éventuels nuisibles que vous trouverez (comme les millepattes rouges).
  3. versez le contenu du grand récipient dans un seau et le contenu du tamis dans un autre petit pot pour le remettre plus tard dans le vermicompost  (il n’y reste normalement que des noyaux, des pierres et des vers).
  4. répétez ces étapes jusqu’à atteindre le fond du compost et voilà, vous avez terminé!

Si vous n’avez pas abandonné en chemin, vous aurez peut-être récolté 5L de compost comme moi!

En mars-avril, j’ai acheté des bulbilles d’oignon chez Semailles et je les ai plantés dans des bacs que j’ai créés spécialement pour les appuis de fenêtre: ma terrasse est pleine, mais je voulais encore faire pousser d’autres légumes. Alors j’ai envahi les appuis de fenêtre de la chambre à coucher, côté rue. C’est agréable à regarder lorsqu’on se lève le matin et qu’on ouvre les rideaux, on voit de la verdure dépasser de l’autre côté de la fenêtre. De plus, il y a beaucoup de soleil de ce côté de la maison l’après-midi.

J’ai récolté mes oignons aujourd’hui. C’est peut-être un peu tôt, mais avec les grosses pluies qu’on a connues récemment, j’avais peur qu’ils pourrissent dans le bac. Je suis tout de même assez contente du résultat.
Onion Windows Growing BoxOnion CropWindow Growing Box
Bientôt, je pourrai également récolter mes oignons ishikura. Quelques-uns sont déjà bien gros!
Home Growing Ishikura Onion

Bruxelles Balcony Garden Big TomatoesBruxelles Balcony Garden Pickles

Il y a quelques mois j’avais promis d’expliquer comment je faisais mes petits pots en papier pour les semis. Chose promise, chose due! Tout ce qu’il vous faut c’est du papier journal, une paire de ciseaux et une bouteille pour donner au pot la hauteur et le diamètre désirés. Si vous prévoyez de planter le pot de papier directement en terre, n’utilisez pas de papier collant. Rempli de terreau, le pot ne s’ouvrira pas, il n’y a pas besoin de le coller.

Seedling Paper Cup Seedling Paper Cup
Seedling Paper Cup Seedling Paper Cup
Seedling Paper Cup

Seedling Paper CupSeedling Paper CupSeedling Paper CupSeedling Paper Cup

Un compost collectif a été aménagé dans mon quartier, il a été inauguré il y a quelques jours. Il se trouve tout au fond du parc d’une maison de jeune (à 1 min à pieds de chez moi). J’attendais son ouverture avec impatience, comme j’ai un régime à dominance végétarienne et que je prépare tous les repas moi-même, la poubelle se remplit vite de reste de légumes. On avait déjà un vermicompost, mais les pauvres vers étaient gavés. Avoir accès à un grand compost de quartier était devenu urgent. Avant, on allait jusqu’aux Jardins Participatifs d’Etterbeek pour porter nos déchets organiques (il fallait prendre le tram). Mais même maintenant, bien que ce soit tout près, on n’y va pas tous les jours. En attendant, on stocke nos déchets dans un grand récipient à mayonnaise (qu’on a reçu d’une friterie). Comme c’est bien hermétique, je le laisse sous la table de la cuisine.
Itterbeek compostItterbeek compostItterbeek compostItterbeek compostItterbeek compost

Le plant de poivrons donnent beaucoup de fruits.
Growing Pepper Bells on my Balcony
Les tomates commencent tout juste à rougir.
Red Robin Tomatoes
Cette année, je fais pousser des cornichons! J’espère que j’en aurai beaucoup!
Pickles Plant Male FlowerPickles Plant Female Flower
Mon maïs est arrivé à maturité!
Dry Corn on my Balcony

Baby Pepper Bells

J’ai hâte qu’ils grossissent et qu’on puisse les goûter!

Pour la p’tite histoire, j’ai démarré ce blog (après beaucoup d’autres) au début de mes études pour partager mes astuces BENTO et mes recettes avec tous ceux qui me les réclamaient. Avec le temps, mes postes se sont diversifiés et maintenant que j’arrive au bout de mon cursus (bientôt le master en communication, animation et événementiel!), j’ai décidé de continuer ce projet un peu plus sérieusement. Donc voilà! Désormais, du haut de mes 150cm (tout pile), je compte bien vous présenter jour après jour ma perspective en contre-plongée de tout ce qui m’entoure, de tout ce qui m’intéresse… et vous comprendrez vite qu’un rien fait mon bonheur!

contact@thetinyblog.be

Entre penchants écolo, folie du fait maison, geek attitude et japculture.

Excentrique, vous dites?

Mais pas du tout...c’est bien pire que ce que vous imaginez!